MARÉE JEANNE : UNE ADRESSE À FAIRE TOURNER

  • MARÉE JEANNE : UNE ADRESSE À FAIRE TOURNER

Le jeu de mot est un art dont bien des commerçants devraient se passer.

Très apprécié des coiffeurs visagistes qui rivalisent d’ingéniosité et nous prouvent à chaque coin de rue qu’en la matière le pire n’est jamais atteint. « Hairgasms », « Sup’Hair Belle », « Ainsi soit tif », «de mèches avec vous », « coupe d’enf’Hair », « imagine à tif », « faudra Tif’Hair », « Je fais ce que cheveux », « Coif’Emoi »... Une profession entière dont l’influence néfaste d’une écoute trop prolongée des Grosses Têtes a fait sombrer dans le kitsch du plus mauvais genre.

Plus rare, l’usage de ce type de figure de style, chez nos amis restaurateurs, plus enclin au respect des traditions et à l’affiche réservée du prénom ou du nom de famille en guise d’étendard.

Notons donc l’audace de cette nouvelle enseigne de la rue Mandar dans le quartier dynamique de Montorgueil au coeur du 2ème arrondissement de Paris, baptisée La Marée Jeanne. Cela fera peut être sourire quelques amateurs de cigarettes euphoriques mais nous sommes bien loin des effluves de chanvre...

Moins drôle mais tout aussi envoutant, c’est ici l’inimitable relent de l’océan atlantique qui éveille vos sens à l’entrée de ce bistrot. A la place du chant répétitif des mouettes, une bande son légère mais savamment branchée n’est pas là pour nous déplaire. Ouvert sur l’extérieur, quelques tables disposées autour d’un banc de glace ou trônent fièrement l’objet de nos désirs, homards, poissons, huitres, couteaux et autres crustacés...

La Marée Jeanne joue le jeu de la bistronomie vue sur mer. Maligne, la carte propose quelques petites entrées savoureuses et simples, juste pour rigoler le temps d’attendre un plat plus consistant. On opte pour une petite friture d’éperlans avec aïoli, gingembre, chips de pa- tate douce et cébette et un verre de Jurançon sec, la cuvée Marie de Charles Hours que les abonnés fidèles du Pourboire ont pu découvrir l’année dernière dans leur box.

Pour la suite, la carte propose un large choix de mets salivants comme la bouillabaisse, le merlan en colère sauce gribiche et le fameux Croq’homard. Pour arroser le tout une jolie sélection de vins blancs avec une mention spéciale pour le Montlouis de Jousset et le Muscadet Papin. 

Idéal pour un déjeuner en douceur, moins pour une grosse fringale de nuit, la Marée Jeanne apporte un vent de fraicheur sur l’offre très classique des restaurants de fruits de mer parisiens. Il faut dire qu’en pratiquant des tarifs abordables, ce bistrot nautique coiffe sur le poteau toutes les machines à fric qui surfacturent la moindre petite huitre laiteuse au prix du caviar de contrebande. Comptez entre 18 et 30 euros pour déjeuner.

Seule chose à éviter, les tables au sous-sol. Restez en surface, l’air et l’ambiance y sont beaucoup plus respirables.

La Marée Jeanne
Etablissement bistronautique

Ouvert tous les jours De 12h à 14h30 et de 19h à 22h30 
3, Rue Mandar - 75002 Paris 01.42.61.58.34 


Newsletter

PayPal

LePourBoire 22 rue du cloitre saint merri 75004 PARIS Tlphone : 09 81 98 44 70