QUEL EST L’IMPACT DE LA MUSIQUE SUR LE VIN?

  • QUEL EST L’IMPACT DE LA MUSIQUE SUR LE VIN?

Chers amis, l’heure est grave.

Vous avez un goût certain pour les belles choses de ce monde. Peintures, littératures, musiques, gastronomies... Vous mettez un point d’honneur à élever votre quotidien grâce aux œuvres remarquables d’artistes et d’artisans. Il n’y a là rien de plus légitime.

Quoi de plus apaisant, en effet, que d’écouter le soir venu la douce mélodie des nocturnes de Chopin, en savourant un excellent Chianti ?

La vie est faite de ces petits plaisirs qui suspendent tout, le temps d’une chanson.

Le drame, qui n’est jamais bien loin du bonheur, arrive quand l’un des éléments vient parasiter le repos, bien mérité, du guerrier que vous êtes. Musique trop forte, mal adaptée à la situation, accords mets vins ratés, ambiance pesante... Il y a mille et une façon de passer à coté d’un grand moment à cause d’un détail.

Celui qui nous intéresse tout particulièrement aujourd’hui, est le choix de la musique lors de vos dégustations de vin. Sachez que si cela peut paraitre anodin, la musique à une influence considérable sur l’appréciation du vin que vous avez dans votre verre.

Un vigneron de Maverick, Blacke Gray, souligne même l’importance des relations entre musique et vin. En accord avec la théorie de Clark Smith, il démontre en quoi certains types de musique soulignent les saveurs de certains types de vins, cépage, régions...

Clark Smith est chercheur dans l’entreprise Vinovation à Santa Rosa en Californie. Il a organisé une démonstration à laquelle a assisté Blake Gray qui n’était lui même pas très convaincu avant d’y participer.

« Je ne dégusterai peut être jamais plus le vin de la même manière ».

Si les verres, la nourriture, les gens, la température et d’autres facteurs très subtils peuvent influencer le gout du vin pourquoi pas la musique ? La théorie de Clark avance que la musique peut rendre certains types de vins meilleurs et d’autres moins bons selon le style écouté.

Plusieurs expériences ont été menées pour vérifier ces hypothèses. Les gens qui ont participé à cette expérience, quelque soit leur degré d’expertise, s’accordent sur le caractère « bon » ou « mauvais » des combinaisons vins/musique. Blake Gray a participé à l’une de ces démonstrations. 

Lors de cette expérience, 3 Chardonnay ont été servis : un Glen Ellen de Californie 2005, une Rombauer Carneros de 2006 et un Wine Smith Faux Chablis de Napa Valley 2004. Ils ont d’abord été dégustés en silence.

Ensuite Smith a fait gouter les mêmes vins sur California Girl des Beach Boys. Blake Gray dit avoir trouvé le Glen Ellen (1er vin servi) beaucoup plus léger et citronné alors que le Rombouer devenait trop fumé. Ces résultats ont été confirmés plus tard par d’autres personnes ayant participées à cette expérience : 57 sur 65 préféraient le Glen Ellen à l’écoute des Beach Boys.

Les même vins ont été dégustés à nouveau mais cette fois accompagnés par La voix d’Ella Fitzgerald avec le morceau St. Louis Woman. A l’unanimité le Rombauer (2ème vin servi) ressortait ; il est paru plus gras, plus riche et présentait une durée en bouche plus longue.

Malgré beaucoup de réticences par rapport aux réels effets de cette théorie, Blake Gray a été surpris par les résultats de cette expérience.

Si la musique adoucit les mœurs et certaines de vos dégustations, elle permettrait également de protéger la vigne et d’affiner les vins lors de leur fermentation grâce aux ondes sonores qu’elle dégage.

Serait-ce les expériences auditives du célèbre et très couteux bœuf de Kobe ou plus simplement la volonté de trouver un discours commercial original, qui ont poussé Markus Bachman, joueur de cor français et critique gastronomique viennois ou encore Giancarlo Cignozzi, producteur du brunello de Montalcino à insérer de la musique dans le processus de création de leurs vins ?

Des vignes amatrices de musique classique

Différentes études tendent à montrer l’effet bénéfique de la musique sur la vigne et ont eu un écho chez certains producteurs... 

C’est le cas de Giancarlo Cignozzi un fervent adepte de cette technique. Il varie même la musique en fonction des saisons :

« En hiver, quand les vignes dorment, j’utilise de la musique sacrée - Haydn, Haendel, La flûte enchantée de Mozart, un peu de Gluck. Au printemps, à l’apparition des premières feuilles, j’attaque avec de la musique baroque: beaucoup de Bach, beaucoup de Vivaldi. »

Ainsi s’écoulent les saisons dans son domaine. La vigne pousserait avec davantage de vigueur, serait moins malade et son raisin mûrirait plus vite. Ces impressions ont été confirmées par le professeur Stefano Mancuso, spécialiste italien de neurobiologie végétale, qui a commencé à reproduire en laboratoire les essais faits en plein vignobles.

La fermentation musicale

Markus Bachmann a quant à lui créé un système de fermentation qui « imprègne » le vin de la musique de Bach, Haydn, Mozart, Vivaldi ou encore du jazz. En mettant en place au sein même des cuves un système sonore, et en diffusant de la musique lors du processus de fermentation on obtiendrait selon lui un vin plus fin, moins sucré, qui offrirait plus de saveurs et serait plus digeste.

« Il s’agit d’un nouveau procédé. J’ai mis un haut-parleur dans le réservoir du vin et lancé de la musique pendant la fermentation. On observe un impact sur les levures et cela donne des vins plus riches mais aussi plus matures. »

Baptisé Sonor Wines, ce système a été testé notamment sur un Grüner Veltliner à l’école viticole de Klosterneuburg. Et plusieurs viticulteurs ont également essayé cette nouvelle méthode, en particulier les Viennois Peter Uhler et Franz-Michael Mayer.

Supercherie ou non, réel effet sur les vins ou pas, rapprocher la musique du vin n’est pas en soi une mauvaise idée.

Du vin, maestro !

Mettons de la musique partout ! Dans les vignes, dans les châteaux, dans les chais, dans les cuves mais aussi dans les dégustations organisées ici et là car à défaut de changer le vin, elle rendra peut être tous ces lieux plus attrayants, joyeux et festifs.

Cheers ! 


Newsletter

PayPal

LePourBoire 22 rue du cloitre saint merri 75004 PARIS Tlphone : 09 81 98 44 70