Le vin rouge aide-t-il à rester jeune ?

  • Le vin rouge aide-t-il à rester jeune ?

Chers amis, l’heure est grave.

Le temps qui court fait malheureusement des marques sur son chemin et, en passant, sur votre belle ossature que vous vous efforcez pourtant de maintenir en forme et de sculpter à l’approche des beaux jours.

Quoi de plus légitime que de vouloir rester jeune et en forme éternellement ? Un saint Graal maintes fois conté par les plus grands, Goethe et son mythe de Faust, Balzac et la peau de chagrin ou encore Oscar Wilde et le portrait de Dorian Gray. A chaque fois, ça finit mal, très mal... A vouloir devenir immortellement jeune on finit par y perdre son âme. 

L’angoisse de vieillir n’a pourtant pas quitté nos préoccupations de simples mortels. Ce serait même le contraire si l’on en juge aux nombres d’articles de presse consacrés à ce sujet, à la multiplication des crèmes anti-âge et autres cures de jouvence testées et garanties par des publicitaires en manque d’imagination mais au courant que c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures.

On peut croire ou pas à la recette miracle, on ne peut nier l’influence de certains produits sur notre bien être, sur notre forme physique ET mentale. Une alimentation saine bien sûr mais aussi, et cela peut paraitre plus surprenant, une consommation modérée de vin !

L’antidote est au fond de nos verres !

Si le vin n’est pas toujours la boisson préférée des jeunes, il se pourrait qu’il aide à le rester. C’est en tout cas ce qu’avance une étude scientifique.

Le discours autour des dangers de l’alcool prédomine dans les médias depuis de nombreuses années, mais des scientifiques travaillent également sur les bienfaits que peut avoir le vin consommé avec modération (reste à déterminer les limites de cette notion floue).

« Ceux qui boivent du vin modérément n’augmentent pas leur risque de cancer, c’est une vérité scientifique. D’ailleurs le haut comité de santé publique du Ministère de la santé en France continue aujourd’hui de recommander cette consommation modérée », explique le Professeur David Khayat, cancérologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Le vin, bon ou mauvais pour la santé ?  Eternel débat souvent relancé par des théories qui se contredisent.

Dernière en date : Le resvératrol, présent dans le vin rouge, ralentirait le vieillissement.

Le resvéra... quoi ?

Le resvératrol est un anti-oxydant puissant que produisent certains fruits comme les mûres, framboises, bais, cacahuètes ou encore le raisin et se retrouve donc dans le vin rouge.

Il s’agit d’une substance de défense (phytoalexine) produite par la vigne pour protéger son épiderme contre les champignons et les rayons UV. Elle se trouve en quantité restreinte dans le vin blanc mais est très présente dans le rouge et sa concentration varie selon le cépage et la provenance.

Après plusieurs études réalisées, le resvératrol s’est avéré être une véritable arme aussi bien sur un plan préventif que thérapeutique concernant les problèmes cardiaques et cardiovasculaires, l’hypertension, le cholestérol, l’obésité, les problèmes rénaux et cérébraux.

Le vin rouge : nouvelle solution anti-âge !

Le vin sera-t-il la nouvelle star des magazines féminins et entreprises de cosmétiques pour qui le mythe de la jeunesse éternelle est un véritable business ?

Le remède déjà connu de tous est une limitation calorique perpétuée par une alimentation saine et équilibrée.

Or, des recherches ont montré que les effets du resvératrol imitent ceux de la restriction calorique qui, de ce fait, augmente la durée de vie maximale. L’un comme l’autre active des gènes «sirtuins» ou gènes de longévité.

C’est vrai c’est un peu technique mais si l’on en croit la science, il serait donc possible de s’offrir une seconde jeunesse et l’antidote serait au fond de nos verres !

A la poubelle donc les crèmes anti-âge, soins anti-rides, crèmes de jour, de nuit, sérums et autres produits plus ou moins efficaces et allions l’utile à l’agréable avec un bon verre de vin rouge. 

Cela pourrait donc souligner l’éternel «French Paradoxe». Ce phénomène bizarre qui fait que les français des régions où l’on mange le plus de produits gras et ou la consommation de vin est élevée, ont un taux de décès par maladies cardio-vasculaires plus faible que les autres.

La raison ? Une consommation modérée de vin ?

Le vin : mon partenaire jeunesse ?

Le vin, boisson de la jeunesse éternelle. L’idée, en plus de paraitre folle, est déjà remise en question par d’autres scientifiques. Les propriétés anti- vieillissement présumées du resvératrole seraient très limitées et absolument pas prouvées pour l’être humain.

Ces tests ont été réalisés en premier temps sur des souris qui ont un métabolisme proche de celui de l’Homme. Ils révèlent que l’impact de cet anti-oxydant était peu concluant concernant ses propriétés anti-vieillissement.

Pourtant, une fois testé sur différentes espèces d’animaux, le resvératrol prouve ses qualités «anti-âge» avec une augmentation de l’espérance de vie de près de 100% chez certaines espèces.

Le verdict est donc sans appel : L’augmentation de l’espérance de vie par cet anti-oxydant n’a de conséquences que sur les espèces très éloignées de la notre.

L’Organisation mondiale de la Santé a tout de même déclaré que le resvératrol réduirait 40% des risques d’accident cardiovasculaires.

Donc à défaut de ne pas offrir de seconde jeunesse, le resvératrol aurait quand même des vertus médicales sur notre organisme.

Boire du vin ne permet pas encore de rester jeune physiquement mais pour beaucoup il permet de rester jeune dans sa tête.

Pour preuve, Agathe Glévéo, cette centenaire lorientaise, a décidé de fêter son 100ème anniversaire à bord d’un hélicoptère avec ses copines.

Celle-ci confie au Télégramme le secret de sa longévité: «je ne bois jamais d’eau, mais du vin rouge, du bordeaux de préférence. Et du punch aussi à l’occasion».

Santé à tous ! 

Photo : Tom Hussey Reflections

Newsletter

PayPal

LePourBoire 22 rue du cloitre saint merri 75004 PARIS Tlphone : 09 81 98 44 70