PERSIFLONS UN BON COUP !

  • PERSIFLONS UN BON COUP !

La vie de dénicheur de bons plans peut être un enfer pavé de roses.

Personne ne le dit, mais répondre aux niveaux d’exigence de son lectorat attentif n’est pas une chose aisée. Bien sur, on nous rétorquera qu’avec le nombre d’ouvertures de restaurants et de nouveaux bars, il n’y a que l’embarras du choix. Et bien non. Car si les nouveaux bars poussent comme des champignons, les concepts se ressemblent et finissent pas s’essouffler. Le « speakeasy », sorte de bar faussement clandestin où l’on ne sert pas du whisky de contrebande mais des cocktails hors de prix, est tellement à la mode qu’il est devenu le repère des afterwork des cravates larges et des chaussures à bouts carrés. Ce changement de clientèle que l’on repère grâce à ces petits détails vestimentaires, anodins pour certains, est pourtant la première alerte qui vous indique qu’il faut quitter un lieu de toute urgence.

Vous pouvez me traiter de snob mais le mot le plus juste pour qualifier ce flux de venin gratuit serait celui de persifleur. Habile transition vers notre bon plan puisque c’est le nom d’un bar qui vient d’ouvrir et que nous vous proposons de découvrir ce mois-ci.

« Niché dans les étroites ruelles des abbesses à Paris, le Persifleur actualise la traditionnelle buvette en associant les valeurs sures du troquet aux nouvelles tendances gustatives. Frondeurs dans l’âme, les initiateurs de cet estaminet contemporain aspirent à une joyeuse rencontre entre l’effervescence du bar-café de quartier et la découverte de produits singuliers et de grande qualité ».

Voilà une belle entrée en matière, en bon français, ce qui change des anglicismes habituels, on est à Montmartre, à Paris et plutôt que de parler de bar à cocktail, Benoit et Simon, les tauliers, préfèrent se voir comme une buvette de quartier.

Bon très bien, le choix des mots à son importance mais qu’est ce qu’on y boit dans cette buvette. La carte est maligne, elle joue sur tous les tableaux avec des « breuvages de copains » et des nectars maison inspirés. Une jolie sélection de bières artisanales, une carte des vins qui fait la part belle aux découvertes et aux vins de paysans, des jus frais, et des alcools de qualité. L’embarras du choix sans en faire des tonnes avec une petite touche de nostalgie du vieux Montmartre des années folles pour redonner des couleurs à ce quartier mythique qui est un peu devenu malgré lui un musée avec son lot d’attrapes touristes.

Pour les petites fringales, le Persifleur propose d’excellentes assiettes de charcuteries et de fromages. Mention spéciale pour le gouda à la truffe et la chiffonnade de cecina.

Un mot du lieu pour finir, que vous soyez en bande pour festoyer, en tête à tête pour chavirer, ou en chasse pour charmer, le Persifleur s’adapte et propose deux salles et donc deux ambiances. L’une plus feutrée d’un petit boudoir où l’on persifle en douceur des verres colorés. L’autre près du comptoir où l’on siffle avec ses pairs des canons au rythme des bouchons sautés.

Vous l’aurez compris, cette buvette a tout pour plaire. Mais attention, il est fort probable que les cravates larges et les chaussures à bouts carrés finissent par s’y immiscer, alors n’attendez plus pour vous y rendre.

Ça fait du bien de persifler un bon coup !

LE PERSIFLEUR

3 bis rue Durantin

75018 PARIS

www.persifleur.fr

Newsletter

PayPal

LePourBoire 22 rue du cloitre saint merri 75004 PARIS Tlphone : 09 81 98 44 70